La Grande Bellezza : Rome et ses ombres

La grande bellezza — Paolo Sorrentino, 2011

Rome et ses ombres : génial !

Rome telle qu’elle est ? telle qu’on la dépeint au cinéma en tout cas ; décadente mais toujours grande, débauchée mais toujours fascinante, indécente mais toujours élégante.  L’introduction de La Grande Bellezza est formidable  ;  Rome éternelle de jour, et les groupes de touristes qui contemplent le grandeur passée en plein soleil et Rome dolce vitta la nuit et les romains, blasés qui se noient dans la fête.

C’est la peinture des ombres romaines qui est magnifique dans ce film, des ombres qui se figent le jour et qui s’animent la nuit venue et à Rome il y a les ombres du passé, les fantômes historiques et les fantômes cinématographiques. Ce film vaut aussi pour une des meilleures bandes sonores depuis longtemps.