La fille à la valise : Claudia Cardinale

La fille à la valise (La ragazza con la valigia) — Valerio Zurlini, 1961

Vu un film de 1961 de Valerio Zurlini avec Claudia Cardinale et Jacques Perrin. Une histoire d’amour touchante et originale qui est portée par deux jeunes acteurs débutants (à l’époque), très bien dirigés dans une mise en scène élégante et raffinée. La photo et la bande son sont superbes. Les lieux de l’action, dans l’Italie baroque ou moderne, une villa Paladio près de Parme ou le bord de mer et une tour moderne, sont les cadres de scènes intimes drôles et poignantes.

C’est un très beau film et cerise sur le gâteau, la projection avait lieu au Forum des Images, dans le cadre du festival sur les 60 ans de la revue Positif, et en présence de Claudia Cardinale ! Elle est toujours aussi enjouée, simple et souriante. Une grande actrice et une grande dame qui fut au cœur du cinéma italien des années 60 et 70.

Elle nous a raconté quelques anecdotes sur ses débuts dans le cinéma italien ; originaire de la « petite Sicile » à Tunis, un quartier portuaire et populaire de la ville, où tous les italiens y parlent le français, elle ne parlait pas italien à ses début ; on entendra sa vraie voix dans Le Guépard et dans 8 1/2, par exemple, mais dans ses premiers films elle est doublée. Il y a là, sur You Tube, son intervention. Allez voir, c’est savoureux et intéressant.

Lady Vegas : décevant

Lady Vegas – Les mémoires d’une joueuse (Lay The Favorite) — Stephen Frears 2012

Vu au cinéma un Stephen Frears très décevant, une fille abandonne le strip-tease pour aller faire « un truc différent » à Las Vegas ; les personnages ne sont pas fouillés, le scénario voudrait jouer sur le suspens mais n’y parvient absolument pas, comme si le réalisateur et les comédiens s’en fichaient pas mal, nous aussi d’ailleurs. Une bonne chose toutefois Bruce Willis est décidément très bon dans un rôle à contre-emploi !

Il est encore meilleur dans le dernier film de Wes Anderson, Moonrise Kingdom également dans un rôle inhabituel.

Je me souviens de Stephen Frears, des Liaisons dangereuses et de My Beautifull Laundrette, films à revoir.